Why Elon Musk has blocked me on Twitter (and now owns the joint)

Article by Robert Reich on his site “https://robertreich.substack.com” published 11/4/2022

Traduction en Français ci-dessous

We begin another gut-wrenching week watching Putin’s barbarity in Ukraine. The Russian people know little about it because Putin has blocked their access to the truth, substituting propaganda and lies.

Years ago, pundits assumed the Internet would open a new era of democracy, giving everyone access to the truth. But dictators like Putin and demagogues like Trump have demonstrated how naïve that assumption was.

At least America responded to Trump’s lies. Trump had 88 million Twitter followers before Twitter took him off its platform — just two days after the attack on the U.S. Capitol which he provoked, in part, with his tweets. (Trump’s social media accounts were also suspended on Facebook, YouTube, Instagram, Snapchat, Twitch, and TikTok.)

Twitter’s move was necessary to protect American democracy. But Elon Musk – the richest man in the world, with 80 million Twitter followers – wasn’t pleased about it. Musk tweeted that U.S. tech companies shouldn’t be acting “as the de facto arbiter of free speech.”

I would have posted that tweet for you right here, if I had access to it. But ever since I posted a tweet two years ago criticizing Musk for how he treated his Tesla workers, he has blocked me — so I can’t view or reply to his tweets to his 80 million Twitter followers. Seems like an odd move for someone who describes himself as a “free speech absolutist.”

Musk advocates free speech but in reality it’s just about power.

It’s power that compelled Musk to buy $2.64 billion of Twitter stock, making him the largest shareholder, with a 9.2 percent stake in the company. Last week, Twitter announced that Musk will be joining the company’s board of directors. After the announcement, Musk promised “to make significant improvements” to the platform. (He even changed his investment designation to clarify that he’s not simply a “passive” investor but one who intends to impact the way the company is run.) Yesterday evening, though, it was announced that — contrary to last week’s announcement — Musk would not be joining Twitter’s board. No reason was given but this is typical for Musk.

It’s likely part of a bargaining Kabuki dance. Musk wouldn’t have plopped down $2.64 billion for nothing. He probably wants more control. If he is not on Twitter’s board, Musk is not bound by the “standstill” agreement in which he pledged to buy no more than 14.9 percent of Twitter’s stock. Musk now has no restrictions on how much of Twitter’s stock he can buy. I predict he buys more and takes an even more active role trying to influence the platform.

By the way, what “improvements” does Musk have in mind for Twitter? Would Musk pressure Twitter to let Trump back on? I fear he would.

Musk has long advocated a libertarian vision of an “uncontrolled” Internet. That vision is dangerous rubbish. There’s no such animal, and won’t be. Someone has to decide on the algorithms in every platform — how they’re designed, how they evolve, what they reveal and what they hide. Musk has enough power and money to quietly give himself this sort of control over Twitter. He talks about freedom of speech but his real power is freedom of reach – reaching 80 million twitter followers without accountability to anyone (including critics like me) — and enough money to buy himself a seat on Twitter’s board.

Musk has never believed that power comes with responsibility. He’s been unperturbed when his tweets cause real suffering. During his long and storied history with Twitter he has threatened journalists and stolen memes. In March 2020 he tweeted that children were “essentially immune” to Covid. He’s pushed cryptocurrencies that he’s invested in. When a college student started a Twitter account to track Musk’s private plane, Musk tried and failed to buy him off, before blocking him.  

The Securities and Exchange Commission went after Musk after he tweeted that he had funding to take Tesla private, a clear violation of the law. Musk paid a fine and agreed to let lawyers vet future sensitive tweets, but he has tried to reverse this requirement. He has also been openly contemptuous of the SEC, tweeting at one point that the “E” stands for “Elon’s.” (You can guess what the “S” and “C” stand for.) By the way, how does the SEC go after Musk’s ability to tweet now that he owns Twitter?

Billionaires like Musk have shown time and again they consider themselves above the law. And to a large extent, they are. Musk has enough wealth that legal penalties are no more than slaps on his wrist, and enough power to control one of the most important ways the public now receives news. Think about it: After years of posting tweets that skirt the law, Musk was given a seat on Twitter’s board (and is probably now negotiating for even more clout).

Musk says he wants to “free” the Internet. But what he really aims to do is make it even less accountable than it is now, when it’s often impossible to discover who is making the decisions about how algorithms are designed, who’s filling social media with lies, who’s poisoning our minds with pseudo-science and propaganda, and who’s deciding which versions of events go viral and which stay under wraps.

Make no mistake: This is not about freedom. It’s about power. In Musk’s vision of Twitter and the Internet, he’d be the wizard behind the curtain — projecting on the world’s screen a fake image of a brave new world empowering everyone. In reality, that world would be dominated by the richest and most powerful people in the world, who wouldn’t be accountable to anyone for facts, truth, science, or the common good. That’s Musk’s dream. And Trump’s. And Putin’s. And the dream of every dictator, strongman, demagogue, and modern-day robber baron on earth. For the rest of us, it would be a brave new nightmare.

Nous commençons une autre semaine déchirante en observant la barbarie de Poutine en Ukraine. Le peuple russe en sait peu car Poutine lui a bloqué l’accès à la vérité, lui substituant propagande et mensonges.

Il y a des années, les experts pensaient qu’Internet ouvrirait une nouvelle ère de démocratie, donnant à chacun accès à la vérité. Mais des dictateurs comme Poutine et des démagogues comme Trump ont démontré à quel point cette hypothèse était naïve.

Au moins, l’Amérique a répondu aux mensonges de Trump. Trump comptait 88 millions d’abonnés sur Twitter avant que Twitter ne le retire de sa plate-forme – deux jours seulement après l’attaque contre le Capitole américain qu’il a provoquée, en partie, avec ses tweets. (Les comptes de médias sociaux de Trump ont également été suspendus sur Facebook, YouTube, Instagram, Snapchat, Twitch et TikTok.)

La décision de Twitter était nécessaire pour protéger la démocratie américaine. Mais Elon Musk – l’homme le plus riche du monde, avec 80 millions de followers sur Twitter – n’en était pas content. Musk a tweeté que les entreprises technologiques américaines ne devraient pas agir “en tant qu’arbitre de facto de la liberté d’expression”.

J’aurais posté ce tweet pour vous ici, si j’y avais accès. Mais depuis que j’ai publié un tweet il y a deux ans critiquant Musk pour la façon dont il traitait ses employés de Tesla, il m’a bloqué – donc je ne peux pas voir ou répondre à ses tweets à ses 80 millions de followers sur Twitter. Cela semble être une décision étrange pour quelqu’un qui se décrit comme un “absolutiste de la liberté d’expression”.

Musk prône la liberté d’expression, mais en réalité, il ne s’agit que de pouvoir.

C’est le pouvoir qui a contraint Musk à acheter 2,64 milliards de dollars d’actions Twitter, faisant de lui le principal actionnaire, avec une participation de 9,2 % dans la société. La semaine dernière, Twitter a annoncé que Musk rejoindrait le conseil d’administration de l’entreprise. Après l’annonce, Musk a promis “d’apporter des améliorations significatives” à la plateforme. (Il a même changé sa désignation d’investissement pour préciser qu’il n’est pas simplement un investisseur “passif”, mais un investisseur qui a l’intention d’avoir un impact sur la gestion de l’entreprise.) Hier soir, cependant, il a été annoncé que – contrairement à l’annonce de la semaine dernière – Musk serait ne pas rejoindre le conseil d’administration de Twitter. Aucune raison n’a été donnée, mais c’est typique pour Musk.

Cela fait probablement partie d’une danse Kabuki de négociation. Musk n’aurait pas déboursé 2,64 milliards de dollars pour rien. Il veut probablement plus de contrôle. S’il ne fait pas partie du conseil d’administration de Twitter, Musk n’est pas lié par l’accord de “statu quo” dans lequel il s’est engagé à ne pas acheter plus de 14,9% des actions de Twitter. Musk n’a désormais aucune restriction sur la quantité d’actions de Twitter qu’il peut acheter. Je prédis qu’il achète plus et joue un rôle encore plus actif en essayant d’influencer la plate-forme.

Au fait, quelles « améliorations » Musk a-t-il en tête pour Twitter ? Musk ferait-il pression sur Twitter pour qu’il laisse Trump revenir ? J’ai peur qu’il le fasse.

Musk a longtemps prôné une vision libertaire d’un Internet « incontrôlé ». Cette vision est une poubelle dangereuse. Un tel animal n’existe pas et n’existera pas. Quelqu’un doit décider des algorithmes de chaque plate-forme – comment ils sont conçus, comment ils évoluent, ce qu’ils révèlent et ce qu’ils cachent. Musk a assez de pouvoir et d’argent pour se donner tranquillement ce genre de contrôle sur Twitter. Il parle de liberté d’expression, mais son véritable pouvoir est la liberté d’accès – atteindre 80 millions d’abonnés sur Twitter sans rendre de comptes à personne (y compris les critiques comme moi) – et assez d’argent pour s’acheter un siège au conseil d’administration de Twitter.

Musk n’a jamais cru que le pouvoir rime avec responsabilité. Il n’a pas été dérangé lorsque ses tweets lui ont causé de réelles souffrances. Au cours de sa longue et riche histoire avec Twitter, il a menacé des journalistes et volé des mèmes. En mars 2020, il a tweeté que les enfants étaient «essentiellement immunisés» contre Covid. Il a poussé les crypto-monnaies dans lesquelles il a investi. Lorsqu’un étudiant a ouvert un compte Twitter pour suivre l’avion privé de Musk, Musk a essayé et échoué de l’acheter, avant de le bloquer.

La Securities and Exchange Commission a poursuivi Musk après qu’il ait tweeté qu’il avait des fonds pour privatiser Tesla, une violation flagrante de la loi. Musk a payé une amende et a accepté de laisser les avocats vérifier les futurs tweets sensibles, mais il a tenté de renverser cette exigence. Il a également ouvertement méprisé la SEC, tweetant à un moment donné que le “E” signifie “Elon’s”. (Vous pouvez deviner ce que signifient le “S” et le “C”.) Au fait, comment la SEC s’attaque-t-elle à la capacité de Musk à tweeter maintenant qu’il possède Twitter ?

Des milliardaires comme Musk ont montré à maintes reprises qu’ils se considéraient au-dessus des lois. Et dans une large mesure, ils le sont. Musk a suffisamment de richesses pour que les sanctions légales ne soient que des tapes sur ses poignets, et suffisamment de pouvoir pour contrôler l’un des moyens les plus importants dont le public reçoit désormais les informations. Pensez-y : après des années à publier des tweets qui contournent la loi, Musk a obtenu un siège au conseil d’administration de Twitter (et est probablement en train de négocier pour encore plus de poids).

Musk dit qu’il veut “libérer” Internet. Mais ce qu’il vise vraiment, c’est de le rendre encore moins responsable qu’il ne l’est maintenant, alors qu’il est souvent impossible de découvrir qui prend les décisions sur la conception des algorithmes, qui est rempli les médias sociaux avec des mensonges, qui empoisonne nos esprits avec de la pseudo-science et de la propagande, et qui décide quelles versions des événements deviennent virales et lesquelles restent secrètes.

Ne vous méprenez pas : il ne s’agit pas de liberté. C’est une question de pouvoir. Dans la vision de Musk de Twitter et d’Internet, il serait l’assistant derrière le rideau – projetant sur l’écran du monde une fausse image d’un nouveau monde courageux autorisant tout le monde. En réalité, ce monde serait dominé par les personnes les plus riches et les plus puissantes du monde, qui ne seraient responsables devant personne des faits, de la vérité, de la science ou du bien commun. C’est le rêve de Musk. Et celui de Trump. Et celle de Poutine. Et le rêve de chaque dictateur, homme fort, démagogue et baron voleur des temps modernes sur terre. Pour le reste d’entre nous, ce serait un nouveau cauchemar courageux.

Updated/maj. 28-04-2022

Vues : 14