Documentaire sur France 5 ce soir. J’avoue que avec des partis pris bien ancrés contre le « New Space » et ces deux personnes, Elon Musk et Jeff Besos, j’ai failli faire l’impasse et regarder un film.

Mais j’ai bien apprécié cette émission bien construite avec de multiples témoignages, dont plusieurs connaissances, ont avoué avoir mal jugé ce qui révolutionne ce secteur du spatial – qui a été un élément si prenant de ma vie.

Et oui, moi aussi j’ai mal compris et critiqué ces nouveaux « leaders » du secteur, aux egos démesurés et richesses hors normes. 50 minutes à me questionner sur mes « anciennes valeurs » et années de travail et à me sentir dépassé et vieux.

Seuls aspects évoqués, d’une manière critique que je retiens dans les commentaires, et aux quelles je crois encore: la folie des constellations qui polluent notre environnement spatial terrestre, l’appropriation de ces activités par des intérêts privés et l’aberration du « tourisme spatial».

Et cette contradiction du patron d’Arianespace qui reconnaît les dangers des norias de satellites en orbite mais qui vient de conclure des contrats pour en lancer encore.

Mais finalement, je suis d’une autre époque et comme avant, j’ai probablement tort.

Une ancienne connaissance, bien plus jeune, aux États Unis, réagit à mon post sur FB. Sans un de ces ‘fans’ du ‘New Space’

Dmitry M. “Why ? They seem to get the shit done – unlike many Western space agencies dependent on Russian propulsion”.

Je lui répond: “Sorry Dima, but I think my 40+ years professional experience in this sector, my whole life, ALLOWS me to reflect on today’s « New Space » context, admitting that I had predujices, that I was some times wrong, and on other aspects allows me to remain critical. But perhaps you reacted too hastily or did not understand what I wrote. One must remain humble in all things. As stated in the ultimate sentence.”
 
Puis une ancienne collègue et amie approuve.

Updated/maj. 23-05-2022

Vues : 4