Photo : Le Parisien

Dès mes premières années, en vacances dans ma ville natale avec mes grands-parents, j’ai pu rester des heures durant à la fenêtre de balcon d’un appartement d’amies de la famille qui donnait sur la Cour des Adieux du Château de Fontainebleau.

Les deux “dames Richard”, Lili et Lulu, aimaient accueillir “le petit anglais”. Face à cette Histoire de François 1er, Napoléon… j’insistais auprès d’elles, que je me sentais “aussi Français”. Je regardais arriver les cars de touristes et les activités dans les allées du château. Je me souviens même d’avoir, une année, suivi le tournage d’un film sur Napoléon.

Le grand escalier du Fer à Cheval est aujourd’hui restauré et inauguré en grande pompe. Les échafaudages et treillis qui le cachaient depuis plus de trois ans ont été démontés et des tapis rouges étalés de puis l’allée principale et remontant ses marches. Je n’ai pas fait partie des plus de 500 donateurs pour cette restauration, mais je ressens l’événement comme si j’avais contribué.

Pour marquer ici l’événement, quelques photos récoltées sur le site web du Château et Facebook de Brigitte Colaro, et un extrait d’article de Paris Match. La présidente du Château de Fontainebleau, Marie-Christine Labourdette, livre l’essentiel de ce qu’il faut en savoir.

« Cette restauration est le fruit d’une passion et d’une ferveur qui a mobilisé des mécènes connus et moins connus. Des particuliers, par exemple, ont choisi de léguer leur fortune pour que les travaux puissent se dérouler dans les meilleures conditions. La Société Karcher s’y est impliquée également comme d’autres mécènes qui – dans leur univers de compétences – ont voulu jouer un rôle et ainsi participer à cette restauration, en s’engageant au nom de la préservation et de la valorisation du patrimoine. Les artisans d’exception, eux, comme des magiciens de l’art, y ont dévoilé les beautés de ce précieux et fragile chef-d’œuvre. Deux ans et demi de travaux, sans relâche, pour redonner à ce joyau de l’Histoire son éclat, la grandeur du passé, gravé dans sa pierre et le souffle nouveau d’un monde qui écrit les pages de l’avenir. De marche en marche, c’est le grand livre du temps qui s’ouvre, avec des arrêts d’une époque à l’autre comme ce 20 avril 1814, le jour des adieux de Napoléon à sa Garde. Mais ce sont aussi des mariages royaux – Louis XV par exemple – des fêtes impériales et plus près de nous des souvenirs d’amour, de joies familiales et de projets…». 

Des regards tournés vers le futur, pour y voir, depuis la terrasse au sommet des marches de cet escalier en pleine renaissance, l’horizon de demain, avec dans l’oreille cette phrase de l’Empereur : « C’est ici la vraie demeure des Rois et la maison des Siècles »

Updated/maj. 21-05-2022

Vues : 5