On s’y résigne, chaque année au 1er janvier La Poste augmente ses tarifs. En allant ce jeudi 30 décembre mettre trois lettres à mon bureau de poste, j’en ai profité. Pas de petites économies! J’ai acheté trois “carnets” ou “ensembles” de 12 timbres tarif vert. (C’est bon de se rappeler : 1,08€ le timbre pour < 20gr.)

On m’a offert des timbres que je ne connaissais pas – sortis en octobre dernier. Et je suis très bien tombé, des timbres qui me vont parfaitement : une collection nommée “Tutoyer les étoiles“. Est-ce de bonne augure pour ma nouvelle année?

Une collection conçue à l’artiste Katy Couprie, illustratrice, peintre, photographe, sculptrice et dessinatrice.

J’avoue que l’ensemble est un peu monotone, mais avec des légendes (minuscules) quand même évocatrices: “‘Interroger le cœur des  nébuleuses”, “Mesurer la distance qui nous sépare”, ou “Naine blanche, Géante rouge ou bleue”… et le classique “Nous sommes poussière d’étoiles”. Ci-dessous, la présentation de cette collection.

Ce carnet de 12 timbres-poste propose une interprétation artistique des connaissances de l’Univers que nous avons aujourd’hui. Il nous fait voyager au cœur des étoiles, observer la vie et les mouvements des astres, le champ lointain des galaxies et les nébuleuses. Dès l’aube de l’Humanité, l’homme porta son regard sur les cieux. Il remarqua que le ciel n’est pas uniforme et que certaines étoiles sont plus lumineuses que d’autres. Dans les régions visibles donc limitées du ciel, les premiers astronomes relièrent par des droites imaginaires les étoiles les plus brillantes et dessinèrent des figures que nous appelons les constellations (la Grande Ourse ou le Grand Chariot, la Petite Ourse ou le Petit Chariot, etc.) Ce fut la première cartographie du ciel, sensiblement identique à celle que nous observons aujourd’hui.

Pendant les nuits d’été apparaît, sous nos latitudes, une large bande claire qui traverse le ciel étoilé, c’est la Voie lactée. Vers 1610, Galilée s’intéressa à cette zone du ciel. Mais c’est dans les années 1920 que des astronomes, en particulier Edwin Powell Hubble, découvrent, grâce en particulier des télescopes géants, que la Voie lactée n’est rien d’autre que notre Galaxie vue par la tranche et qu’il existe des millions de galaxies en dehors de la nôtre. L’Univers n’est pas statique, n’est pas immuable.

Il est en expansion, il a une histoire. Hubert Reeves écrit dans sa préface du GRAND GUIDE DE L’ASTRONOMIE– Ed. Glénat / LIBRERIA GEOGRAFICA – avril 2020 : « Quand l’univers a atteint un âge de plusieurs milliards d’années, ce processus de transformation d’atomes par les étoiles a produit suffisamment d’atomes lourds pour permettre la structuration de planètes rocheuses. Il y a 4,5 milliards d’années, l’univers avait alors plus de 8 milliards d’années, une étoile est née, parmi tant d’autres : notre Soleil. Elle était entourée d’une abondante cohorte d’astres : planètes, satellites, comètes, astéroïdes, constituant ce que nous appelons le système solaire. Sur l’un de ces astres, la Terre, par quelque processus encore à peu près inconnu, la vie est apparue, s’est transformée, par étapes successives, jusqu’à l’étape présent de la biosphère. ».

Les recherches des scientifiques sont en plein essor autant que l’Univers est vivant. Ce carnet de 12 timbres-poste « Tutoyer les étoiles » propose une interprétation artistique des connaissances de l’Univers que nous avons aujourd’hui, nous fait voyager au cœur des étoiles, observer la vie et les mouvements des astres, le champ lointain des galaxies et les nébuleuses.

Updated/maj. 30-12-2021

Vues : 7