La couronne solaire n'est visible que lors d'une éclipse totale

Ça c’est passé en avril mais les résultats de ce premier passage à travers les couches extérieures du Soleil ne sont connus que depuis quelques jours. Révélés lors d’une réunion d’automne de la American Geophysical Union à la Nouvelle Orléans. Cela n’a pas fait les grands titres des médias et pourtant, moi, ça m’éblouis.

Avec son bouclier thermique pour protèger ses instruments scientifiques de l’intense chaleur, la sonde Parker a pour la première fois franchi, en en plusieurs passages, la couronne, les limites extérieures de l’atmosphère de notre étoile. Événement que la NASA qualifie “d’historique”.

Lancé il y a trois ans (voir mes reportages) l’objectif du Parker Solar Probe est d’effectuer de multiples passages, de plus en plus proches du Soleil. La sonde voyage a une vitesse de 500.000 Km/heure. La technique est de vite pénétrer et vite quitter cette frontière que les spécialistes appellent la “limite critique d’Alfvén“. C’est la couche extérieure de la couronne, là où la matière solaire retenue à l’astre par la gravité et par son champ magnétique arrive à se détacher et s’éjecter à travers l’espace en éruptions solaires.

Parker a franchi cette limite à un point d’environ 13 millions de kilomètres de la surface visible, ou photosphère du Soleil. Au cours de 5 heures le 28 avril il semblerait, selon les données reçues, que la sonde soit passé trois fois à travers cette frontière.

Nous avons vu les conditions de l’environnement changer radicalement. A l”intérieur la champ magnétique a augmenté et dominait le mouvement des particules. La sonde était donc en contact direct avec la matière solaire” explique Nicola Fox, la responsable du département de la science de physique de l’héliosphère.

Un des mystère de cet environnement est que la photosphère du soleil a une température d’environ 6000 degrés centigrade, mais dans la couronne peut atteindre plus d’un million de degrés. C’est également de cette région que partent un flot de particules, electrons, protons et ions qui créent le vents solaire.

La sonde Parker éventuellement devra en 2025 passer à près de 7 millions de kilomètres de la photosphère en 2025. Cette mission permettra éventuellement de mieux comprendre ces phénomènes qui génerent  les tempêtes solaires qui secouent notre planète avec parfois des perturbations aux réseaux électriques et eux satellites en orbite.

Images des éléctrons dans la couronne

Updated/maj. 17-12-2021

Vues : 10