Texte et image de Jean-Pierre Luminet postés sur sa page FaceBook. Je pense que je vais commander ce livre.

Créer tant qu’il fait jour…

Mon prochain livre paraît le 3 mars chez Buchet-Chastel. Il s’agit d’un recueil de nouvelles. En avant-première pour mes fidèles suiveurs sur facebook, voici son avant-propos :


“Avec plus de 5 000 ans d’histoire l’astronomie est, on le sait, la plus ancienne des sciences. Présente dans toutes les cultures et toutes les civilisations, pratiquée au cours des siècles par des milliers de professionnels et des millions d’amateurs fascinés par l’énigme du ciel, elle offre un champ inépuisable d’histoires à conter et raconter, depuis les constructeurs de mégalithes du néolithique jusqu’aux aux purs intellectuels du XXIe siècle en quête d’une Théorie de Tout, en passant par les mages Chaldéens, les sages Chinois et autres prêtres Mayas.


En Occident, depuis Thalès de Milet et La Fontaine, on imagine volontiers les astronomes comme des êtres éthérés, incapables de se plier aux contingences de ce bas-monde, toujours « dans la lune », au point de chuter au fond d’un puits, professeurs Tournesol ou savants Cosinus… Or, s’il faut en croire Shéhérazade en sa 849e nuit, ils sont bien autre chose que cela : « Mais les savants, ô mon seigneur, et les astronomes en particulier, ne suivent pas les usages de tout le monde. C’est pourquoi les aventures qui leur arrivent ne sont pas celles de tout le monde. » Aphorisme au demeurant déjà cité dans l’avant-propos de mes Bâtisseurs du Ciel , cette série de quatre romans déroulant les aventures vraiment hors du commun des Copernic, Tycho Brahe, Kepler, Galilée, Newton et autres comparses moins célébrés.
Dans ce nouvel et plus modeste ouvrage, ce sont neuf nouvelles, neuf histoires qui veulent à nouveau réduire à néant ce cliché du savant distrait, évaporé, lieu commun trop rebattu. Extravagant, fantasque, excessif, anticonformiste, caractériel… Comment ne le serait-on pas quand on navigue entre l’immensité de l’univers, les calculs mathématiques les plus ardus, et le désir de gloire, sinon l’appât du gain, la menace du cachot ou du bûcher, les inévitables jalousies et la concurrence pas toujours loyale des chers et éminents collègues ?


Chacune de ces histoires et de ses héros pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un roman à part entière. Mais le temps qui file décidément à trop vite allure ne me permettrait pas de mener à bien pareils travaux d’Hercule littéraire. La nouvelle, genre devenu peu prisé dans la France contemporaine malgré le fabuleux âge d’or qu’elle a connu au XIXe siècle, présente l’avantage (outre celui d’être plus vite lue) de la concision et du resserrement de l’intrigue, en se concentrant sur des épisodes particuliers de la vie de ses protagonistes.


Voici donc neuf Histoires extraordinaires et insolites d’astronomes. Vous y découvrirez combien les astronomes se comportaient parfois en têtes brûlées, risque-tout partant au bout du monde pour confirmer ou infirmer une théorie. D’autres se lançaient dans la politique au risque de monter sur l’échafaud, ou affrontaient les dogmes religieux et leurs autodafés. Certains d’entre eux, et non des moindres, savaient fort bien, la tête aussi près du bonnet que de Sirius, défendre leurs intérêts, quitte à franchir les bornes de la légalité ou de la simple morale, sans trop s’étouffer de scrupules.
Le fil rouge de ces nouvelles pourrait s’intituler : « La vie quotidienne des astronomes européens, de la Renaissance à l’Avant-Guerre. » Vie quotidienne qui n’a rien de routinière, puisqu’elle peut se terminer par un assassinat (nouvelle 1), un incendie (nouvelle 2), la guillotine (nouvelle 6) ; vie quotidienne en Laponie d’où l’on ramène en souvenir deux jeunes filles destinées à devenir des objets sexuels (nouvelle 3), ou au Pérou dont le Paradis espéré se transforme vite en interminable Purgatoire (nouvelle 4) ; vie quotidienne à Paris, entre Jardin des Plantes et Observatoire, où l’on doit supporter les propos boursouflés d’un naturaliste (nouvelle 5), les divagations d’un illustre poète (nouvelle 7) ou encore la tyrannie d’un directeur oscillant entre génie et crédulité (nouvelle 8) ; vie quotidienne provinciale enfin, où l’on consacre ses loisirs à relier un de ses ouvrages en pleine-peau découpée dans la voluptueuse épaule d’une amante défunte (nouvelle 9).


Au total, neuf histoires alternant le tragique et le comique, le rire et les pleurs, la violence et la tendresse, mais toujours dans le souci d’enseigner de façon plaisante la longue marche des astronomes vers l’inatteignable vérité de l’univers.”

Updated/maj. 30-01-2022

Vues : 10