Serait-ce la crise financière?

Pour la première fois en 5 ans, les trois chatons femelle de notre portée 2012 n’ont à ce jour de leurs trois mois pas encore trouvé de famille d’accueil. Ce n’est pas faute de bouche à oreille, d’annonces attrayantes (inclus celle du CAC). Nous en sommes un peu désemparés et cela mérite reflection.

Bluebelle avec son « trio »

Sur une période de quasiment deux mois, nous avons reçu quelque 50 demandes de renseignements, par email et par téléphone. De celles-ci, un petite dizaine nous ont semblé sérieuses, de gens réellement motivés, prêts à payer élevé, normal pour un Chartreux, parfois désireux d’un prix « taillé » à la mesure de leur situations financières. Mais qui en fin de compte les uns et les autres se sont toutes désistés, certains disparaissant dans la nature. Même une personne, voulant « absolument » un Chartreux et m’ayant contacté pour la portée 2011, n’a pas donné suite pour un prix réellement « cadeau ». Je connais maintenant la signification de la phase « Pas sérieux s’abstenir ».

Une situation qui laisse dubitatif sur ce désir qui nous motive : de faire partager notre amour de cette race, de se faire des connaissances et des amis et d’essayer de rentrer dans nos frais. Car élever, nourrir, soigner un chat de race n’est pas une mince affaire. Avec les quatre portées précédentes, nous avons largement obtenus récompense, faisant de la connaissance de familles devenues amies, des gens qui gardent le contact avec photos et nouvelles régulières.

Mais j’ai le sentiment qu’un chaton est devenu dans l’esprit de beaucoup une « commodité » sur laquelle on est bien réticent à investir la plus modeste somme. Car il le faut. Ma femme et moi refusons de donner un chaton gratuitement, surtout à des gens qui n’ont pas démontré leur réelle motivation. Nous tentons aussi de ne pas faire du tort aux éleveurs et éleveuses (souvent amateurs et souvent de bons amis) qui cèdent leurs chatons au ‘prix normal’.

Pas de gratuité et à contrario nous avons plusieurs fois éliminé des candidats prêts à débourser au prix fort quand nous n’avons pas sympathisé, ou que nous avons découvert qu’ils avaient l’intention de faire de l’élevage « intensif ». On ne peut qu’être horrifié en entendant la question: « Et si je les garde dans ma cave, c’est rentable en combien de temps? » Pareillement, nous sommes plus que réticent à céder à des familles qui voulant faire eux-même une portée « pour le plaisir » ne respectent pas les lignées, les aspects de consanguinité nécessaires.

Payer (cher) un chaton Chartreux c’est aussi obtenir une assurance d’avoir fait un bon choix. Ce n’est pas un chaton gratuit pour les enfants qui sera peut-être abandonné. Et pour renforcer cette idée, qu’avons nous trouvé en nous promenant à pied près de chez nous hier: un petit chaton noir de 3-4 mois dans les broussailles d’une zone de loisirs, manifestement abandonné (à la veille des vacances) et qui miaulait à en pleurer. Qu’elle race de bipèdes sommes nous à pouvoir faire cela!!

Je sais que certains de nos amis ont « levé le pied » sur leurs propre activités d’élevage de Chartreux. Nous ne sommes donc peut-être pas les seuls à rencontrer les effets de cette crise financière mais je pense aussi qu’il y a un manque de responsabilité de familles qui souhaitent adopter un chaton mais se refusent d’assumer les obligations.

En attendant vos réactions, sachez que collier « Vert », « Rouge » et « Jaune » sont toujours disponibles pour… « des gens sérieux. »