Le Télescope Spatial James Webb est arrivée à bon port, à 1,6 million de kilomètres de la Terre. Avec une courte mise à feu il s’est inséré en orbite autour du point L2 de Lagrange d’où il scrutera le ciel.

Schéma NASA Webb modifié

Il était parti avec un sérieux avantage. Le jour de Noël, Ariane 4 l’avait propulsé suffisamment, mais pas trop, et avec une excellente précision afin qu’il puisse lui-même accélérer légèrement. à mi-course avec de petites corrections de trajectoire (Mid-Course Correction MCC1).

Aujourd’hui à 20H heure de Paris, à 1,460592 km de la Terre la seconde mise à feu, (MCC2) d’une durée de près de 5 minutes l’a freiné pour mettre le télescope dans le plan orbitale du point central L2, sur des orbites qui varient d’une manière périodique. Le point L2 tournera avec son invité autour du Soleil tout comme la Terre, toujours alignés.

Le pare-soleil de Webb aura donc toujours son dos tourné et perpendiculaire au Soleil. Ainsi ses quatre instruments d’observation seront au froid. Selon les dernières mesures relevées : 54°C coté Soleil et moins 210°C  dans le noir.

Autre avantage de cette position, l’antenne qui retransmet toutes les données de fonctionnement du satellite ainsi que les résultats des observations pointera constamment vers la Terre, émissions reçues par les trois grandes stations en Australie, Espagne et en Californie.

Il faut rappeler qu’il y a 30 ans, une telle aventure n’était qu’un concept théorique et que rien n’était prouvé: ni l’utilisation effective du point de Lagrange, ni la trajectoire pour l’atteindre, ni les capacités de lanceur nécessaires pour un satellite aussi grand. Et que les instruments d’observation dans l’infra-rouge ne faisaient que naitre.

Il reste beaucoup de travail, près de six mois, pour focaliser le grand miroir, vérifier et étalonner les instruments scientifiques. En tous cas, pour un début c’est un très grand succès. 

Updated/maj. 25-01-2022

Vues : 16