Évoquer autre chose que l’actualité ? Et bien oui, (et spécialement pour Sylvie Decobert), j’ai adoré « The Bookshop » de la réalisatrice espagnole Isabel Coixet.

On trouve la sublime Emily Mortimer qui incarne cette Florence, veuve, passionnée de livres qui veut créer une librairie (zut, c’est d’actualité !) dans un port côtier anglais des années 50. So very English. Elle fait face aux intrigues de politique et de corruption locales. Bien cruelles.

Mais la leçon est bien là : malgré une société « pourrie » une personne peut avoir, à un instant, une influence déterminante sur la vie d’un autre. Avec comme socle: la lecture. Film à voir sur Arte +.


Sylvie Decobert Je vais regarder ça bien sûr 🙂 Merci Martin 🙏 c’est vrai qu’une femme passionnée de livres, qui en a fait son métier et qui fait face aux intrigues de la politique et à la corruption locale, je ne sais pas pourquoi mais ça me parle 😉😅


Annonce résumé de ARTE:

Une jeune veuve (Emily Mortimer) ouvre une librairie dans une bourgade anglaise… Par Isabel Coixet (“Ma vie sans moi”), un portrait cruel de la bonne société britannique des années 1950.

Angleterre, 1959. Depuis qu’elle a perdu son mari, Florence Green rêve d’ouvrir sa propre librairie. Une ambition un peu folle à Hardborough, où elle s’est installée. Dans cette paisible bourgade côtière du Suffolk, les habitants, pour la plupart de condition modeste, ont peu de temps et d’argent à consacrer à la lecture. Quant aux aristocrates qui règnent sur la région, leurs goûts en matière de littérature ne tolèrent aucune œuvre s’écartant des conventions morales. Quand enfin Florence parvient à ouvrir son magasin, les clients s’y pressent pour acheter des exemplaires du Lolita de Nabokov. Aidée après l’école par la petite Christine Gipping, qu’elle a prise en amitié, Florence Green s’attelle à faire de sa boutique un lieu d’échanges et de sociabilité. Mais certains notables, parmi lesquels Violet Gamart, ne tardent pas à s’offusquer de sa réussite. Malgré l’appui qu’elle trouve auprès d’Edward Brundish, un veuf plus âgé qu’elle, Florence voit s’abattre les contrariétés.

Avec ses cieux changeants et ses alentours verdoyants, Hardbourough a tout d’une petite cité sans histoires. Pourtant, les langues y sont perfides et les principes de classe, érigés en credo. Adaptant le roman de Penelope Fitzgerald, la Catalane Isabel Coixet (Ma vie sans moi, The Secret Life of Words) met en scène une société anglaise corsetée dans sa morale séculaire, poussant l’aigreur jusqu’à la férocité. Racontés en voix off, l’ascension puis les déboires de la courageuse libraire brossent un cruel portrait de la société britannique au travers de figures féminines aux valeurs antagonistes, subtilement portées par Patricia Clarkson (Violet) et Emily Mortimer (Florence). 

Updated/maj. 08-11-2021

Vues : 0