Article du quotidien Andorran “Bondia” publié ce vendredi 7 janvier. Écrit par: Alba Doral, traduction automatique !! Trouvé sur la page FB des Sudistes (René Girma)

Remarque personnelle : faut-il vivre dans le passé? vouloir faire revivre le passé? est-ce possible avec des moyens très différents? Cela me rappelle le dit-on : “La nostalgie est une maladie sénile”. Bien sur mes ancien collègues et amis ne le sont pas, mais…

Et si Radio Andorre renaissait?

Ils tâtonnent, admet René Girma, et bien qu’ils aient déjà un projet bien pensé et qu’on ait répondu à de nombreuses questions, il leur manque la réponse à la plus importante : à quoi ressemblerait la proposition de relancer la marque Radio Andorra comme de la Principauté ? Qui les soutiendrait ? Ils ne voudraient pas piquer les sensibilités, ce qui ressemble à une tentative de colonisation, un étranger viendrait. Mais l’idée semble gourmande et, surtout, tout à fait réalisable : même pas chère, en fait : “Je ne pense pas que le financement soit un problème, avec une petite partie du budget pour la publicité.” Après tout, une station compatible Internet nécessite une infrastructure plutôt discrète. Par ailleurs, Girma estime qu’une fois le soutien nécessaire obtenu dans un mois, elle pourrait commencer à diffuser.

À l’origine de l’idée pourrait être cette expérience de récupération de certaines des émissions historiques qui ont été lancées à l’occasion du 80e anniversaire de Radio Andorre. Aux côtés de Girma dans ce noyau de l’idée se trouvent Thierry Bernard, qui fut le directeur de Sud Radio qui portait le poids de la station en Andorre, et Jean Clergue, un autre ancien membre du staff de Radio Andorre et plus tard fondateur de Pyrénées FM. Et ce serait cette marque, selon la proposition qu’ils combattent, qui entamerait une collaboration pour la diffusion d’une partie de la programmation, puisqu’elle couvre un rayon d’intérêt dans le sud de la France vu d’Andorre : l’Ariège, l’ L’Aude, les Pyrénées Orientales, la Haute-Garonne et une partie du Tarn, jusqu’à Pau, Bayonne et Perpignan. Au sud, pourquoi pas ? On pourrait penser à collaborer avec une radio catalane.Ce serait la langue prédominante, soulignent-ils.

En termes de programmation, de contenu ? « Une émission qui ressemblerait à l’ancienne radio : musique et informations, avec des chroniques, des histoires d’Andorre et de Catalogne » et tout cela, « préparée avec des correspondants dans le pays », proposent-ils.

C’est dommage, disent-ils, de perdre un héritage de mémoire, l’indication historique, alors qu’il y a encore tant de gens qui s’en souviennent. Ils estiment aussi que “c’est le bon moment”, maintenant que la Principauté et la France tentent de renforcer la coopération, de renverser cet équilibre autour où le voisin du sud prend tant de poids. Ils doutent cependant de qui serait « le meilleur interlocuteur » pour lancer l’attaque, pour exposer l’idée. L’ambassadeur Jean-Claude Tribolet les soutiendrait-il ? A qui s’adresser au Gouvernement ? Culture? Extérieurs ? Pour le moment, ils sont conscients qu’il y a des problèmes plus urgents à régler. Pour l’instant, ils commencent par la presse, qui peut toujours être utilisée pour lancer le crochet. Ou le ballon, comme on dit. En tout cas, admet Girma, ils tâtonnent. Ensuite, il s’agit de collecter de la « bonne volonté ». Le modèle, explique-t-il, est celui de Monaco qui relance sa télévision à travers TV5 Monde. « La renaissance de Radio Andorre, avec toutes les chaînes de diffusion actuelles, serait un véritable événement médiatique », estiment les architectes de l’idée. En dehors d’un instrument de promotion du pays.

Updated/maj. 08-01-2022

Vues : 7