Pour remplacer l’AN-225, l’A380 en Beluga XXL

Article de AeroBuzz.fr de Gil Roy publié le 1er avril 2022

Airbus a lancé l’étude de la transformation des A380 en version cargo (P2F, Passager To Freight). L’objectif du constructeur européen est de se positionner sur la niche qu’occupait l’An-225 avant sa destruction lors d’un bombardement, en Ukraine. Cette idée d’offrir une seconde chance au super jumbo d’Airbus est portée par Tarmac Aerosave en charge de la déconstruction des premiers A380, à Tarbes.

Tarmac Aerosave propose d’offrir une nouvelle carrière à l’A380 en le transformant en super transporteur. © Tarmac Aerosave

Qu’est-ce qui est plus désolant ? Découvrir l’épave fumante de l’unique exemplaire de l’An-225 Mriya sur les réseaux sociaux ou assister au démantèlement des premiers Airbus A380 à Tarbes ? Dans les deux cas, le spectacle est affligeant…

Le constructeur ukrainien a lancé une souscription pour réunir les fonds nécessaires à la construction d’un nouvel An-225. On parle de 3 milliards de dollars. Même si les images ont ému les passionnés d’aviation à travers la planète, le pari qui soulève la controverse, est loin d’être gagné.

La disparition de l’An-225 survient au moment où le marché des avions cargos explose. Pour faire face à une demande sans précédent, Airbus et Boeing ont tous deux lancé récemment des versions cargo de leurs gros biréacteurs de nouvelles génération (A350XWB et 777X). Ils favorisent aussi la transformation d’avions de transport de passagers en transport de fret. Cette activité n’a jamais été aussi florissante. Le P2F, autrement dit « Passager To Freight », ouvre de nouvelles perspectives financières aux loueurs d’avions. Boeing multiplie les chaines de conversion de 737 et de 767 dans le monde. Airbus s’y est mis avec l’A320. Et même Embraer vient d’annoncer le lancement de l’E190 P2F. Pourquoi pas faire la même chose avec l’A380 ?

La question repoussée jusque-là par Airbus, se pose désormais avec d’autant plus d’acuité que la disparition de l’unique avion capable de transporter des charges hors gabarit crée un vide.

A Tarbes, Tarmac Aerosave qui a réceptionné les premiers A380 de Singapore Airlines pour déconstruction a proposé à Airbus, sa maison-mère, un schéma de transformation sur le modèle du Beluga XL. Le défi est de créer le plus grand volume possible en soute. Le plancher qui sépare les deux ponts de l’A380 saute, et son fuselage a été redessiné à la manière de celui du Beluga XL, pour offrir un plus grand volume intérieur.

La position du cockpit interdisant la solution du nez qui se relève, Tarmac Aerosave a proposé que la soute s’ouvre comme celle de la navette spatiale américaine, c’est-à-dire sur toute sa longueur, sur la partie supérieure du fuselage. De belles images de chargement en perspective…

Toutefois, même si la communication est une donne que ne néglige jamais un avionneur, et encore moins Airbus, l’intérêt de cette formule est ailleurs. Il sera en effet possible de charger de très grands gabarits. Ce que ne peut pas faire Boeing avec son DreamLifter, la version super transporteur du 747-400. Airbus songe à ce futur super cargo pour transporter à travers l’Europe, les réservoirs d’hydrogène de ses avions du futur.

Ce serait une belle revanche pour l’A380 ! A ce stade du projet, il ne reste plus qu’à lancer une souscription pour emporter la décision.

Updated/maj. 02-04-2022

Vues : 9