Texte lu lors de l’hommage à Marcel Garrouste – à la demande de Maria Garrouste (tiré du recueil “A quicòm pròche” – Frederic Fijac) :

Dire pas

Dire pas, tàiser, calhar lo rag… Quand parlar ne’n val pas lo còp. Sonca s’embeure de solelh, graufinhada de lutz dins l’arma de la fuèlha.

Non desforrelar pas. S’acontentar d’esflorejar lo plan del monde, que tot çò que jamai ne saurem pas solament dire, a contrarai bronzina en sa favor.

Un arbre avugle canta, e fuèlha per fuèlha ten pè.

Ressaca. Tot çò pas qu’a pena soscat e tot çò rebufat, ressaca… ressaca d’un còs a mand de se far paraula. E d’escampador pièl.

Se complís la paraula, se sap congrear lo silenci ?

Ne rien dire

Ne rien dire, taire, figer le jaillissement… quand parler n’en vaut pas la peine. S’imprégner de soleil, gribouillis de lumière dans l’âme de la feuille.

Ne pas dégainer. Se contenter d’effleurer la surface du monde, puisque tout ce que jamais nous ne saurons même en dire bourdonne à contrejour en sa faveur.

Un arbre aveugle chante, et feuille à feuille tient bon.

Ressac. Tout ce qu’on n’a rêvé qu’à peine et tout ce qu’on a refoulé,
ressac… ressac d’un corps sur le point de se faire parole. Et de déversoir, aucun.

La parole s’accomplit, si elle parvient à engendrer le silence ?

Updated/maj. 02-12-2021

Vues : 0