Le titre de la conférence-spectacle avait attiré mon attention : “Les 7 merveilles, une rencontre entre la poésie des oracles et la physique quantique“. De quoi titiller mes fibres de journaliste scientifique, ayant baigné des années dans les mystères du cosmos et de l’astrophysique.

Autre raison qui m’a décidé d’y aller, c’était l’occasion de découvrir le Château de Sainte-Foy d’Anthé dont j’ai suivi sur une page Facebook les différentes étapes de la restauration de cet ancienne demeure et chapelle attenante datant du XIII ème siècle. La visite commentée par le propriétaire avec pléthore de détails historiques a permis d’apprécier cette magnifique demeure. Avec la conviction qu’il faudra y retourner.

Une pièce de théâtre doit être le lieu où le monde visible et le monde invisible se touchent et se heurtent

Arthur Adamov

Dans la petite chapelle de Sainte-Foy, une soixantaine d’invités ont assisté à un spectacle, d’une très grande qualité. Il m’incite à me pencher par écrit sur cette juxtaposition de physique quantique et la nature et forme d’oracles. Je cite l’introduction: “Dans l’antiquité, l’oracle était le pont entre notre monde et l’Univers. On pensait que les Dieux parlaient à travers lui en utilisant un langage irrationnel, par métaphores. Souvent, la personne qui consultait l’Oracle venait lui poser une question mais ne comprenait rien de la réponse sur le moment. Ce n’est que plus tard que les images évoquées par l’Oracle finissaient par prendre du sens…

En ouverture au spectacle, une des six femmes, toutes vêtues en tenues de “grâces de l’antiquité”, accompagnées d’un homme, portant une longue toge, comme un prêtre ou maitre de cérémonie. La première “grâce” nous a rappelé le déséquilibre de valeurs de notre société actuelle dans laquelle le rationnel et le matériel dominent sur l’imagination, la créativité et finalement la liberté d’esprit sans limites. Je me retrouvais pleinement dans ce souhait, voir volonté de trouver d’autres valeurs dans notre existence. Je pensais à mon respect pour la communauté de Thich Nhat Hanh, mon initiation très jeune au monde du Père Ubu d’Alfred Jarry, et pourquoi pas, à ce président qui aimait utiliser le mot “abracadabrantesque“.

Le spectacle pouvait commencer, en deux parties: la présentation de sept merveilles, sous forme de danses très flottantes, chantées en musique d’ambiance “étheréale”, chaque merveille associée aux notions de physique quantique tels que les quatre forces fondamentales qui régissent le monde, la gravité, l’électromagnétique, et les forces nucléaires fortes et faibles. Reliés au forces quantiques, les divers Oracles étaient illustrés de façon allégorique en mouvements des danseuses. J’avoue que leurs paroles et vocalises aux bruits de la nature étaient constituées de belles phrases, aux rythmes et tonalités différentes et mais également d’interrogations philosophiques, qui m’ont laissé perplexe.

Image: 'Space.com"

En entrant dans la chapelle on nous avait distribué de petits bouts de papier. “Ce sera pour la deuxième partie du spectacle“. Sur lequel on devait “pondre” de manière spontanée, quasi-irrationnelle, des mots ou phrases que nous allions offrir ou demander à l’Oracle. L’Oracle étant personnifié par un membre de la troupe. Dont j’apprenais plus-tard le nom : Maria Elena Gattuso.

Mais pendant la première partie, je n’arrivais pas à “décrocher du rationnel”, notant sur ce même papier mes réactions et questionnements. Habitude de compte-rendu de journaliste! Par exemple, l’hypothèse de plus en plus admise qu’il existerait non pas quatre forces fondamentales, mais une cinquième – qui expliquerait des anomalies dans les théories dominantes. Supposition soulevée notamment en cosmologie de la présence l’existence dans l’Univers, et à 90%, de matière invisible (“dark matter”) ainsi qu’une énergie invisible “dark energy”. A aucun moment je me suis trouvé mentalement prêt à ‘pondre’ une phrase abracadabrantesque ou formuler une ‘question pour l’Oracle’.

Les improvisations d’une nature hallucinante, un flot de mots déversés, sans aucun sens, de l’imagination – ou plutôt du cerveau – de cette Oracle Maria Elena ont été l’apothéose de cette soirée. Aux phrases qui lui ont été offertes – “la lune de mon cœur suit mes pensées multicolores” ou “Que la vie de chacun soit une rêve éveillé” – elle réagissait presque en transe, comme prise d’une folie et poésie verbale, les mouvements légers de son corps suivant ce délire de création. Cette expression était d’une rare intensité avec un visage souvent torturé. Je soupçonnais que cette performance était comme une thérapie et devait être très épuisante pour elle.

A l’issue du spectacle, il me fallait discuter avec celle qui était responsable de la mise en scène. Maria Elena Gattuso me dit très simplement qu’elle ne se souvenait jamais de ses paroles ou pensées pendant chacune de la petite dizaine de “réponses” qu’elle avait donné. Qu’elle ne savait pas si elle avait effectivement “répondu” à un spectateur, et ne se rappelait pas avoir été “félicité” pour une réponse donnée qui aurait trouvé un écho avec la phrase proposée d’un spectateur. (Voir ses précisions en bas de page).

Image MR
Antonio BILO Canella

J’ai appris que cette nouvelle forme de créativité culturelle – de Poésie des Oracles PerBacco – est le fruit d’un Italien Antonio Bilo Canella. Qu’il offrait des stages que Maria Elena avait suivi, encore récemment. La page web en Italien de Antonio Bilo Canella offre sa biographie ci-contre (extraits). Et le site web ci-dessous donne beaucoup de renseignements sur la Compagnie Franco-Italienne.

Pour s’échapper des soucis et de sa vie courante, c’était une bien une soirée exceptionnelle. De l’inédit, du fantasque, des mélanges en tous genres, surtout de questionnements. C’était, disait un artisan de la troupe, “une expérimentation culturelle“. “Que vous ayez aimé, parlez-en; que vous n’ayez pas aimé, parlez-en.” Dont acte. Allez vous remuez le cerveau! Cette compagnie PerBacco doit se reproduire prochainement dans notre région – voir son site web.

Compagnie PerBacco

www.compagnieperbacco.jimdo.com
Tel. 06 23 00 98 98

Antonio BILO Canella, interprète, chercheur, est né en 1968. Diplômé de l'Académie nationale "Silvio D'Amico", il entame un parcours très personnel. De 1991 à aujourd'hui auteur et metteur en scène de plus de 20 spectacles. De 1991 à 1994, il travaille avec d'anciens toxicomanes au Ce.i.s. Il s'est formé à l'art-thérapie avec Diane Waller, au psychodrame avec Angelika Groterath, au Playback Theatre avec Jonathan Fox.

En 1995, il a vécu 6 mois au Tibet, en 1996 6 mois au Mexique, chez les Indiens Tarahumara. En 1998, il crée la forme d'art Performazione (Performaction) qui mélange l'art de la performance et le théâtre, structurant un système d'étude et de pratique qui prévoit le dépassement définitif et l'abandon du conceptualisme.

Dans le cadre de la Performazione, le Performer se donne à la scène de la "représentation" sans aucune référence : il est joué dans le Vide. Chaque représentation est unique et irremplaçable. Le résultat évoque pour puissance et intensité une sorte de « Mystère » renaissant, et le langage qui émerge est celui de la Poésie corp-orale, la Poésie des origines. La recherche de la Performazione coïncide donc avec le règne de l'Acte Poétique, compris comme la récupération de la Poésie et de son pouvoir concret originel.
Image PerBacco

A la lecture de mon article, Maria Elena me livre quelque précisions : “Bonjour Martin, merci beaucoup de votre article, ça nous touche vraiment ! Nous allons le partager sur nos réseaux.

Je tiens à vous préciser pour ce qui concerne la réponse de l’oracle par rapport à la phrase, qu’il y a des gens qui ont compris la réponse ou une partie… (l’acte poétique peut se faire aussi sans phrase au début, juste avec le prénom de la personne si c’est personnalisé), il y a des gens qui comprennent plus tard, d’autres qui ne comprennent pas, comme il peut y avoir des gens très touchés que je ne connaissais pas qu’il m’ont dit “tu as raconté toute ma vie”. C’est une logique au delà de la logique. Il faut aussi que la personne soit prête à recevoir et accepter ce que ça peut arriver, de bon ou mauvais, dans l’esprit toujours (pour moi) de faire un don de beauté à la personne.
 
Merci encore pour tout 🙏
Maria Elena 

Updated/maj. 10-06-2022

Vues : 42