Je n’ai pas marché pieds nus, en méditant en plaine conscience comme l’aurait préconisé le maître Zen, Thich Nhat Hanh, parti hier vers d’autres cieux. Non, ce matin je suis allé prendre des photos de la nature qui a été régénérée par des bénévoles de l’association “Les 5 Sites” en plantant 400 pruniers.

Un contact de l’esprit avec la nature qui avait commencé hier au petit déjeuner. Par la fenêtre de la cuisine vers l’Est donnant sur notre terrasse, je regardais l’aube d’un ciel tout à fait clair. Une très légère lueur annonçait l’arrivée du Soleil. Mais en haut à droite, un phare brillait fortement, Mars. Je confirmais mon identification avec une petite application. Ça correspondait bien. En plus, je voyais que Venus devait apparaître aussi avant le Soleil. Des astres que j’avais jadis eu comme sujets de reportage.

Pendant la journée, dans mes lectures je découvrais que des scientifiques ont annonçé que la planète rouge avait eu un très grand océan recouvrant son pôle Nord. Puis que des données récoltées par la mission Cassini autour de Saturne conduisaient à l’hypothèse que une des plus petites lunes de la planète, Mimas, à l’apparence d’une terre glacée avec de nombreux cratères, avait très probablement un océan très profond, de plusieurs dizaines de kilomètres sous sa surface.

Nous avons envoyé des sondes planétaires, bien d’autres sont prévus et nous plaçons en orbite des télescopes très puissants, comme le James Webb, pour découvrir les rayonnements infrarouges de l’espace lointain, des galaxies et planètes extra-solaires, peut-être habitables. Une exploration de notre environnement qui m’inspire et que je trouve d’une très grande beauté.

Splendides comme ces simples tiges de pruniers qui prendront le relai des anciens fruitiers du verger voisin. Un renouvellement des terres qui a été conduit par les bénévoles de l’association, et une vingtaine de jeunes en situation de handicap, internes de l’EREA, (Établissement régional d’enseignement adapté Marie Claude Leriche) de Villeneuve sur Lot.

Cette alliance de bénévolat et d’assistance sociale me semble également être très porteuse d’espoir pour l’avenir, cela particulièrement dans un contexte de morosité et de désert des esprits actuel. D’actualités dominées par des virus et des bruits de bottes.

En revenant du nouveau verger, avec ces pensées de vie, de nature, de générations, un dernier tableau sur mon chemin: un autre verger où un troupeau de moutons, broutaient l’herbe entre les pruniers, avec des scènes d’agneaux et d’adultes se reposant au soleil. Il y avait même quelques pique-bœufs qui leur tenaient compagnie.

Aujourd’hui, je me sentais très bien.

Sources :

Mimas : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute; Océan sur Mars : Papier : ESO/M.KOMMESSER/N.RISINGER

 

Updated/maj. 22-01-2022

Vues : 10