Historique d’un post de Jaqueline Marvier sur FB mai 2022

Le lieu s’appella d’abord Altus Fagus , le Grand Hêtre, nous laissant penser aux anciens cultes des arbres, remplacés par une chapelle dédiée à la Vierge Noire ,qui aurait été découverte dans une excavation située au dessous du chœur.

J’aime venir dans ce minuscule village l’hiver, la brume lui sied., Les maisons se sont agglutinées dans un repli ,à la rupture de la pente du coteau ,en demi cercle et la descente abrupte vous entraine dans un autre univers , presque clos .Les grands hêtres ont laissé la place à de majestueux platanes qui dialoguent avec l’ incroyable tour renaissance qui domine tous les alentours , mais que fait donc ici cet élégant édifice ?

 

 

Dans la continuité de ce succès qui lui est attribué, on lui prêta” moult miracles quotidiens “Des processions solennelles avaient lieu tous les ans jusqu ‘au 19eme siecle . Les paroissiens d’Auradou, Massoulès et Frespech se rendaient à pied jusqu’à l’église d’Hautefage où des foules de dévots les rejoignaient. La deuxième fontaine coule en face de l église et la troisième est à chercher près du village au bord d’un chemin de randonnée.

Il a été construit par les fastueux évêques italiens Della Rovere,vers la fin du XVème, début du XVIème siècle, à l époque de la construction de la nouvelle église voisine , côtoyée par pas moins de trois sources qui ne se seraient jamais taries. Celle qui nous intéresse coule sous l’autel de l’édifice religieux et s’enfuit par la façade ouest, , une source miraculeuse qui apporta notoriété et opulence.

Nous l ‘avons oublié, mais au Moyen Age, se déroulerent ici d’ importants pèlerinages , qui attirèrent les foules , A l’égal de Rocamadour ou de Cadouin, la renommée du sanctuaire d’Hautefage s’étendait très loin dans le royaume. La présence de la source miraculeuse, qui passait pour guérir la stérilité, complétée par la présence de la Vierge Noire, héritière de divinités liées également à la fertilité, ont contribué à faire d’Hautefage, du Moyen Age au XIXème siècle, un lieu de pèlerinage très couru.

La Régente de France, Anne de Beaujeu (1460-1522), fille de Louis XI, après le décès de son fils unique, s’en remit à Notre dame d’Hautefage. Le miracle se produisit, elle donna naissance en mai 1491 à une fille: Suzanne de Beaujeu. C’est Jean Boucher, petit seigneur de l’Anjou, qui l’encouragea à se rendre auprès de la fontaine :

«Madame, écrit-il dans une missive, je vous avertis que si vous vous recommandez à Nostre-Dame d’Hautefage en Agenès, que au plaisir de Dieu et de Nostre-Dame, vous serez bientôt grosse, car toutes les femmes qui s’y recommandent ne faulsent point ainsi que l’on m’a dit. »

Témoignage : Fannie Jeanne Célérier-Lascoux commentaire sur FB: « nous y avons eu un miracle avéré en 2010; la guérison totale et soudaine d’un cancer du fond de l’oeil, juste la veille de l’opération qui devait se faire au chu de Bordeaux; merci Marie qui nous a guidé à ce sanctuaire et inspiré de mettre une goutte d’eau de la source de l’autel sur la paupière ( nous étions de passage par « hasard » et sans autre récipient qu’un fétu de folle avoine pour rapporter l’eau à la malade) »

Updated/maj. 18-05-2022

Vues : 4