“La mort n’est pas un moment, un événement d’une vie. Nous ne vivons pas pour ‘expérimenter’ ou ‘essayer’ la mort. Si nous considérons que l’éternité ne signifie pas une durée temporelle infinie mais l’intemporalité, alors la vie éternelle appartient à ceux qui vivent dans le présent. Tout comme notre champ visuel, notre vie n’a pas de limites”.Ludwig Wittgenstein (1889-1951)

Ludwig Wittgenstein, âgé de 30 ans

Lors de mes études de philosophie, il y a bien longtemps, Wittengenstein, m’avait fortement marqué.

Mathématicien et philosophe analytique – qui ne cherchait pas à “philosopher” comme on l’enseigne toujours en France – né autrichien, puis devenu britannique en 1939, emplie de doutes, cherchant toujours l’exactitude des faits, de la vérité, approfondissant l’analyse logique, ingénieur en aéronautique, amoureux de la musique, fasciné par la relation entre l’image et sa signification, baptisé catholique mais embrassant un sens de la religion bien plus large, je me retrouvais en lui, même jeune, et encore aujourd’hui. A travers ses écrits et son histoire, j’ai découvert Bertrand Russell.

Wittegenstein, en somme, concevait la philosophie de telle sorte qu’elle est une « activité de clarification logique des pensées ». La philosophie n’est pas une discipline théorique qui consisterait à élaborer des thèses ‘philosophiques’. Ses livres, portent de la poussière, mais s’alignent encore sur mes étagères. Ses idées ancrées en moi, font surface de temps en temps et m’incitent encore à m’exprimer. “La vie éternelle appartient à ceux qui vivent dans le présent”, toujours d’actualité avec le “moment présent” qu’il faut trouver en soi. 🙂

Updated/maj. 02-12-2021

Vues : 0