Alors que sort le film “Ouistreham” d’Emmanuel Carrère, basé sur le livre de Florence Aubenas, et qu’on se souvient de l’attentat du 7 janvier, je retrouve un petit texte lorsque j’avais rencontré la journaliste/auteure en  janvier 2015

“Vous allez être surpris par le prochain numéro de Charlie”. Florence Aubenas, en conférence à Villeneuve sur Lot, ne cache pas son opinion sur cet unanimisme “Je suis Charlie”. Elle évoque ces manifestations où se croisent des gens avec des opinions souvent diamétralement opposées et dont la majorité, probablement, ne lisent pas la revue. “D’ailleurs j’ai demandé à la papèterie Leclerc du coin. Ils ne vendent que deux ou trois numéros par semaine. Mais des centaines de ‘Closer'”.

La journaliste relit alors quelques lignes d’un article dans Les Inrocks: le dessinateur Luz, rescapé de l’attentat du 7 janvier, estime que « la charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé… C’est formidable que les gens nous soutiennent mais on est dans un contre-sens de ce que sont les dessins de ‘Charlie’. (…) Cet unanimisme est utile à Hollande pour ressouder la nation. Il est utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort… On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d’attitude. »

Updated/maj. 10-01-2022

Vues : 8