Ça dure depuis des mois. Une grande partie de la population outre-manche pense que s’en est assez, que ça ne peut plus durer.

Le Premier Ministre, qui à force d’explications et d’approximations totalement incroyables, sans aucun sens de l’apparence désastreuse qu’il donne de lui-même dans ces affaires de “garden party” au 10 Downing Street alors que les règles décidées étaient de confiner les gens, doit partir.

Ce n’est pas seulement l’opposition qui réclame sa démission. Bon nombre de députés conservateurs ont pris l’initiative de demander qu’on remette son mandat au vote. Même, l’un d’eux a quitté son parti pour s’assoir aujourd’hui sur les bancs de l’opposition Labour.

Les témoignages très précis, datés, regroupés de fonctionnaires du Gouvernement sont clairs. Boris, accusé de mentir au Parlement refuse de répondre, plaidant qu’il faut attendre les résultats de l’enquête qu’il a lui-même demandé. Encore sera-t-elle publiée in extenso, ou est-ce que Downing Street va sortir son gros feutre noir et “rédacter”, raturer le document?

“Oh, my God, Britain is going to the dogs”. Faut-il en pleurer ou en rire? Les dessinateurs et monteurs de photos ne s’en privent pas. Rigolons avant qu’il parte.

A gauche, le Prince Andrew, dans un pétrin non-moins scandaleux, offre ses conseils à Boris

Updated/maj. 19-01-2022

Vues : 4