Publication de Air & Cosmos le 27 février 2020, mis à jour.

L’An-225 était basé sur l’aéroport de Gostomel, aussi appelé, aéroport Antonov. Cependant, l’aéroport est stratégique pour la Russie lors du conflit car il se trouve à 18 km des faubourgs de Kiev et permettrait la création d’un pont aérien pour amener des troupes.

Ainsi, le 24 février, vers midi, un assaut héliporté a été lancé par les Russes, qui ont réussi à capturer l’aéroport. Le soir même, une contre-attaque des Ukrainiens avait été repoussée. Le pilote de l’avion avait confirmé dans la soirée que l’appareil était intact malgré les combats.

Le 25 février, les parachutistes russes ont été repoussés dans la matinée mais durant l’après-midi, les Russes ont finalement repris le contrôle grâce à un assaut terrestre et à de nombreux bombardements. La piste a d’ailleurs été endommagée durant les combats, empêchant toute opération aérienne depuis ou vers l’aéroport.

La compagnie Antonov a alors publié vers 22h qu’elle était sans nouvelle de Mriya. Aujourd’hui, vers 11h, une vidéo provenant d’un drone (voir l’image ci-dessus au centre) montrait clairement que l’appareil était en feu dans son hangar. 

La perte de cet appareil n’est cependant qu’un infime détail de ce conflit, particulièrement si on le compare au nombre de morts qui ne cesse d’augmenter

La navette Bourane et son AN 225 au Salon du Bourget 1989
Bourane sur son lanceur Energiya

Article du Huffington Post ce 27/2/2022 (Extrait)

La disparition d’un “rêve” et une perte symbolique. Ce dimanche 27 février, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a confirmé dans un tweet que l’Antonov An-225, le plus gros avion du monde, avait été détruit par les forces russes au cours de la bataille de l’aéroport d’Hostomel, au nord de Kiev, lors des premières heures de l’attaque.

Cet avion cargo gigantesque portait un nom particulièrement éloquent: “Mriya”, qui signifie le “rêve” ou “l’aspiration” en ukrainien. “Mais ils ne parviendront jamais à détruire notre rêve d’un État européen fort, libre et démocratique”, a immédiatement ajouté Dmytro Kuleba dans son annonce.

Un avion qui était aussi et surtout un symbole national en Ukraine, une fierté même, au point de participer chaque année au défilé lors de la fête de l’indépendance ukrainienne, le 24 août. Il avait joué un rôle essentiel dans la distribution de masques à travers le monde pendant la crise du Covid-19.

À en croire la communication officielle ukrainienne, c’est aussi pour cette dimension symbolique, qu’il a été pris pour cible par les troupes russes au cours de leur avancée vers la capitale ukrainienne. L’aéroport d’Hostomel où il était stationné se situe en effet à une vingtaine de kilomètres seulement du centre-ville. Il a été pris dans la nuit du 24 au 25 février par les forces aéroportées russes.

Dans le communiqué confirmant la destruction de son appareil, né d’une coopération entre l’avionneur ukrainien et la Chine, le groupe Ukroboronprom a estimé à trois milliards de dollars le coût des réparations de l’appareil, qui pourraient prendre cinq ans.

Depuis son premier vol en 1988, à l’époque soviétique donc, l’AN-225 a notamment été utilisé pour des missions humanitaires, grâce à sa capacité de transport inégalée. Il peut ainsi convoyer plus de 250 tonnes de matériel, ce qui a par exemple servi à la distribution de masques durant l’épidémie de Covid.

The minister’s Tweet
 
“This was the world’s largest aircraft, AN-225 ‘Mriya’ (‘Dream’ in Ukrainian). Russia may have destroyed our ‘Mriya’. But they will never be able to destroy our dream of a strong, free and democratic European state. We shall prevail!”
Dmytro Kuleba

Updated/maj. 28-02-2022

Vues : 7