Texte de Air & Cosmos, images de vidéo mise sur Twitter par autorités russes.

MR Commentaire: Ces techniciens obéissent probablement sans états d’âme. Mais les scientifiques de nombreux pays, surtout russes et français qui ont travaillé depuis des dizaines d’années sur des missions conjointes d’exploration spatiales, doivent ressentir ces scènes avec une infinie tristesse et une grande rage. Cette guerre est une catastrophe pour la recherche à travers le monde.

Air & Cosmos

La dégradation, voire l’arrêt des collaborations entre la Russie et les pays occidentaux s’accélère. L’image des techniciens du cosmodrome de Baïkonour effaçant les drapeaux des pays partenaires sur la fusée Soyouz censée décoller le 5 mars en est l’illustration.

Le lanceur Soyouz au sommet duquel se trouvent des satellites de la constellation OneWeb est sur son aire de lancement… Mais tout indique qu’il ne décollera probablement pas le 5 mars 2022, comme prévu initialement. Ce 2 mars, l’agence spatiale russe Roscosmos et son directeur, Dimitri Rogozin, ont diffusé une vidéo montrant ses techniciens en train d’effacer toute mention des pays partenaires de ce programme sur la coiffe de la fusée elle-même.

Méthodiquement, à l’aide de papier adhésif blanc, ils ont recouvert les drapeaux du Japon, du Royaume Uni, des Etats-Unis et de la France. Et très probablement d’autres ensuite. La vidéo, diffusée sur Twitter, est agrémentée du commentaire suivant : « Les lanceurs de Baïkonour ont décidé que, sans les drapeaux de certains pays, notre fusée serait plus belle. »

Updated/maj. 03-03-2022

Vues : 8