La course à l’espace continue. L’entreprise européenne ArianeGroup va développer un minilanceur réutilisable, pour concurrencer notamment la société américaine SpaceX, pionnière de cette technologie, a annoncé le ministre de l’économie français, Bruno Le Maire, lundi 6 décembre.

Ce lanceur « doit pouvoir être opérationnel en 2026 », a affirmé M. Le Maire lors d’un déplacement sur le site d’ArianeGroup à Vernon (Eure), où sont notamment testés les moteurs des grosses fusées Ariane.

L’Europe a « manqué le virage du lanceur réutilisable », a concédé M. Le Maire. « Nous n’y avons pas cru, nous avons pris du retard par rapport à nos partenaires américains qui ont développé SpaceX et Falcon 9, et ce retard, il faut le rattraper », a-t-il ajouté, en présentant la nouvelle stratégie spatiale de la France. Cette stratégie a également pour ambition de développer des « microlanceurs » réutilisables et d’intégrer davantage des jeunes pousses à cet écosystème. Lire la chronique: Article réservé à nos abonnés « L’histoire d’ArianeGroup est une belle métaphore des succès et des faiblesses de la construction européenne »

Retour de l’activité « turbopompes »

Le site de Vernon, dont les salariés étaient inquiets des conséquences des annonces d’ArianeGroup en septembre concernant la suppression de 600 postes en France et en Allemagne, a vocation à voir ses effectifs augmenter, a promis le ministre, qui arpentait dans l’Eure ses terres électorales. « Aujourd’hui, il y a un peu plus de 800 emplois sur le site de Vernon ; à horizon 2025, il y en aura près de 1 000 », a assuré M. Le Maire.

Certes, le site va perdre la production du moteur Vinci, l’un de ceux équipant Ariane-6, mais de l’activité va être apportée par le futur moteur lourd Prometheus et le retour de l’activité « turbopompes », a souligné M. Le Maire, outre celle du futur minilanceur réutilisable, qui sera néanmoins en concurrence avec d’autres projets européens, en particulier allemands.

Vernon sera également le lieu où se développera une production d’hydrogène à partir de sources d’électricité renouvelable, a souligné le ministre. Coentreprise détenue par Safran et Airbus, ArianeGroup prépare actuellement ses futurs lanceurs lourds Ariane-6, dont le tir inaugural de qualification est prévu au second semestre de l’année prochaine.

Photo :

Updated/maj. 06-12-2021

Vues : 3