Accueillir un de nos chatons

Vous vous en êtes aperçu déjà: nous bipèdes du Trescols, vivons chez des chats. Lorsque j’écris pour mon travail, que je fais du montage de vidéos sur les satellites, les étoiles ou la profondeur du cosmos, j’ai souvent, très souvent de la compagnie: une boule de fourrure ronronante qui squatte mon bureau, qui surveille l’écran du PC et qui se frotte contre moi. ‘Courage Martin, ne stresses pas, tu y arriveras’.

C’est le cas pour Ermès notre mâle et Bluebelle. Cela a été le cas pour Viebelle et Uscarine. Et qu’arrive-t-il quand quelqu’un interrompt cette symbiose idyllique pour me poser LA question: « Et les chatons, où iront-ils? »

Je réponds d’abord – et cela a toujours été le cas – que je ne me considère pas comme « éleveur » de chats qui aurait une « commodité » marchande de disponible. Ma femme et moi sommes cependant réalistes – vous devez l’être également: des animaux de compagnie ont un coût, alimentation, vétérinaires et beaucoup d’effort pour les garder propres et heureux.

Les petits d'Uscarine à 14 jours

Nous sommes donc des passionnés et profiterons de telles requêtes pour établir de nouvelles connaissances, pour voyager, découvrir les régions de la France, se faire des amis. Nous répondrons favorablement aux potentielles familles d’accueil qui ont, avant tout, du coeur, l’amour des chats – et qui surtout évitent de nous demander parmi leurs premières questions, « les conditions », euphémisme pour savoir combien de tire-lires il faudra casser.

Plus d’une fois nous avons réfusé de laisser partir à des « prix forts », ceux couramment pratiqués * par d’autres amoureux de Chartreux. Certains nous ont outragé par leur conception de tels échanges d’êtres vivants.

Au contraire, en d’autres occasions, nous avons de nous même fait un « prix d’ami. » Dans ces cas, rarement nous nous nous sommes trompés et nous recevons souvent des nouvelles des chatons qui nous ont quitté.

Ce que nous pouvons dire c’est que nos chatons partiront dans des familles d’accueil que nous aurons choisi avec toutes les vaccinations et papiers nécessaires, inclus nos conseils d’alimentation et de soins. Mais, si vos intentions sont sincères, vous aurez déjà tout assimilié sur les pages de notre site, ou appris de bonne source ailleurs.

Nous ne sommes pas des ‘éleveurs’ professionnels et nous sommes fiers du caractère familial et non-mercantile des Chartreux du Trescols Haut. Nous aimons partager notre passion et trouver des ‘nouvelles mamans’ qui accueilleront un petit comme animal de compagnie. Nous n’avons donc pas des chatons en permanence. En principe, nos femelles n’ont qu’une seule portée par an. Après rencontres – et une venue au Trescols des familles candidates, preuve de leur motivation, est pour nous une condition essentielle – et après échanges emails, courriers etc et un engagement formalisé avec des arrhes, nos chatons ne rejoindront leur familles d’accueil qu’à l’âge de 3 mois. Toute finalisation d’une vente ne se fera qu’après un premier examen de vétérinaire lors de leur vaccination et identification par puce, cad 15 jours environ avant leur départ.

Ils seront alors pleinement socialisés en famille; vaccinés contre le typhus, coryza et leucose; et vermifugés; fiers de leur carnet de santé; et identifiés par puce électronique et inscrits au LOOF. Nous fournirons une feuille de nos conseils et une quantité de croquettes de notre marque recommandée.

Alors si le coeur vous en dit, contactez-nous. Qu’on fasse connaissance! Qui sait, peut-être l’un de ces petits viendra chez vous!!

* (A titre purement indicatif, ces prix « forts » varient entre 700 – 900 €, souvent fixés en fonction des récompenses gagnées par l’un ou l’autre des parents lors de concours/expositions félines.)

PS: Il est vraiment étonnant de constater le manque de persévérance de certaines personnes, se disant « intéressées » par l’accueil d’un chaton, et qui apprenant le prix de départ de 700€ environ, n’essaient pas de convaincre et ne montrent pas leur réel désir. Alors que d’autres qui entament avec nous de plus amples discussions, et qui NOUS motivent pas leur volonté d’aboutir arrivent à nous convaincre de – parfois – laisser partir un chaton pour… 350€. Bravo à ces derniers qui se reconnaîtront. Surprenant!